Le détachement conscient

Le détachement

Le détachement se définit comme la réalisation d ‘activité permettant à l ‘individu de ne pas penser au travail en période de repos.

Selon Etzion, Eden et Lapidot (1998) le concept de détachement psychologique décrirait l’état « d’être mentalement loin du travail ». Le détachement psychologique impliquerait de :

« ne pas penser ou de s’embêter avec des problèmes, des tâches ou des contenus liés au travail ». (Feurerhahn, Sonnentag et Woll, 2014).

Selon ces auteurs, effectuer une activité sportive après le travail, serait une activité reconnue dans son action de distanciation psychologique. Feurerhan, Sonnetag et Woll, ont également étudié, le potentiel de rétablissement des activités d’exercice pendant le temps libre et ont examiné les mécanismes psychologiques sous-jacents à la relation entre des activités d’exercice et d’affect. Les résultats de leurs analyses ont montré que :

« les activités d’exercice post journée de travail sont liées à des effets positifs, mais pas négatifs le soir. Le détachement psychologique, le sentiment d’appartenance et la perception de soi physique ont facilité la transition et le lien entre les activités « dites » d’exercice après le travail et la répercussion et prolongation de ces effets positifs le soir » (Feuererhan, Sonnetag et Woll ,2014).

Ces activités seraient favorables à la reconstruction de ressources hors période de travail, permettant au système psychobiologique de revenir à son niveau initial avant la prochaine journée de travail. (Foucreault et Trépanier , 2015).

Cette expérience de détachement permettrait de réguler les stresseurs professionnels. En effet Potok et Ovadia, 2014, mettent en évidence la reliance positive entre les stresseurs professionnels et une faible capacité de détachement. Plus encore Sonnentag et Bayer (2005) ont démontré que le processus de récupération tel que le détachement psychologique en dehors des heures de travail quotidiennes, réduirait stress et syndrome d’épuisement professionnel.

Finalement le processus de détachement psychologique, générerait un processus de récupération, qui aiderait à restaurer les ressources appauvries par les demandes professionnelles ou extérieures  (Sonnentag et Fritz, 2007) et pourrait contribuer à développer une humeur positive, un sentiment de satisfaction, ainsi qu‘un faible niveau d ‘épuisement .

Détachement et relaxation permettraient en produisant une forme « d ‘apaisement mental » , d’agir sur le rythme biologique, le système parasympathique et donc par effet récursif sur le corps. Il semble important de rappeler ici également la notion de récupération propre à chacun. De même que des situations stressantes ne seront pas perçues et vécues à l’identique par deux individus à « exposition égale ». Le besoin de récupération et ses « effets » ne se feront pas sentir de manière identique à exposition toute aussi égale.

Laisser un commentaire