Du côté du cadre règlementaire ….

Un bilan de compétences est l’une des quatre actions concourant au développement des compétences ,  énoncées par l’article L.6313-1 du Code du travail suite à la promulgation de la loi du 5 septembre 2018. 

L ‘ objectif global du bilan de compétences  pourrait être résumé comme suit : « Permettre à des travailleurs d’analyser leurs compétences professionnelles , personnelles ainsi que leurs aptitudes et leurs motivations , afin de définir un projet professionnel et le cas échéant un projet de formation ». 

Loi n° 91-1404 du 31 décembre 1991 : Précise les dispositions relatives au bilan de compétences 

Article 16-1, article L.900-2 du Code du Travail. 

le décret n° 92.1075 du 2 octobre 1992 précise les règles déontologiques. 

Un processus qui se déroule en 3 Etapes  

 

Le bilan de compétences se déroule sur plusieurs semaines ou plusieurs mois . Il comprend des entretiens en face à face et du travail personnel guidé. Il dure au minimum 16 Heures et au maximum  24 heures. Il comporte trois phases obligatoires (art. R-6313-4 du décret 2018-1330 du 28 décembre 2018): 

Une phase préliminaire qui a pour objet : d’analyser la demande et le besoin du bénéficiaire du bilan afin d’y apporter une réponse adaptée et de s’accorder sur les modalités de déroulement du bilan. Cette phase, primordiale  , valide l’engagement du « bénéficiaire »  dans sa démarche. 

Une phase d’investigation, qui permet quant à elle , de construire son projet professionnel et d’en vérifier la pertinence ou d’élaborer une ou plusieurs alternatives. Dans cette perspective, le consultant s’appuie sur des outils ( valides ) ( tests de personnalité ou de centres d’intérêts professionnels) . 

Une phase de conclusion, s’appuyant sur des entretiens personnalisés,  qui permettent  au bénéficiaire de « s’approprier les résultats détaillés de la phase d’investigation » et de « recenser les conditions et moyens favorisant la réalisation du ou des projets professionnels ». Cette phase est entérinée  par la remise d’un  document de synthèse qui synthétise : (Les circonstances du bilan de compétences , un  récapitulatif des attentes du bénéficiaire, les aptitudes et compétences du demandeur au regard des perspectives d’évolution envisagées et  les informations utiles à la réalisation du projet (formation, VAE/VAP, mobilité interne, externe…) ».  

Les résultats du bilan sont la seule propriété du bénéficiaire. Ils ne peuvent être communiqués à un tiers qu’avec son accord écrit (article L6313-10 du Code du Travail).  

 

Combien ça coûte? 

Il n’existe aucune réglementation et chaque organisme de formation , peut fixer ses prix, qui vont de 1 500 à 3 000 euros, avec un coût moyen d’environ 2 000 euros. 

Le bilan de compétences peut être financé  : 

  • par votre employeur, dans le cadre d’un bilan de compétences intégré au plan de développement des compétences de l’entreprise ou effectué avant un congé de reclassement ; 
  • en utilisant votre compte personnel de formation CPF , que vous soyez salarié ou demandeur d’emploi, dès lors que vous avez acquis des droits suffisants ; 
  • par Pôle emploi, avec le dispositif  AIF ; 
  • par vos propres moyens, si vous ne pouvez prétendre à aucun des financements ci-dessus. 

Bon à savoir : si vous êtes fonctionnaire ou agent public, vous relevez alors de dispositifs spécifiques aux fonctions publiques. Votre administration pourra vous renseigner sur les possibilités qui vous sont offertes dans ce cadre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thème : Overlay par Kaira.